Les PME, les nouvelles cibles de la cybercriminalité

On pourrait penser que les cybercriminels visent en premier les grandes entreprises pour empocher de gros gains. Et pourtant non, ils ont trouvé une cible bien plus rentable pour eux : les PME. Moins préparées et moins protégées : elles sont des proies plus accessibles. Si vous n’avez pas encore pris le temps de vous pencher sur ce risque, voici quelques arguments.

Ça n’arrive pas qu’aux autres

En tant que dirigeant d’une petite ou moyenne entreprise, on peut avoir l’illusion de ne pas exister aux yeux des cybercriminels. Pourtant, les PME sont une proie facile car elles sont moins vigilantes, moins protégées et lorsqu’elles se font pirater, elles sont rapidement démunies et donc cèdent plus facilement aux demandes de rançons éventuelles. L’actualité regorge d’ailleurs d’exemples d’entreprises concernées par une attaque.

Des conséquences désastreuses

Attaque de votre site de commerce en ligne, gel de vos systèmes, fuite de vos secrets de fabrication et de données clients : votre entreprise peut se retrouver à l’arrêt du jour au lendemain, sans compter les dégâts sur votre réputation et les dommages collatéraux. Le risque n’est donc pas à négliger : la pérennité de votre entreprise est en jeu. Un exemple concret ? Imaginons que lors d’une attaque, les cybercriminels vous volent vos fichiers et vous réclament une rançon. Dans un premier temps, vous ne savez plus travailler tant que vous ne récupérez pas vos fichiers. Au-delà du coût éventuel de la rançon, la non-productivité de votre entreprise a un coût également.

Bon à savoir

La cybersécurité de votre entreprise est cruciale et nous vous recommandons vivement de vous tourner vers des professionnels du secteur afin d’établir une stratégie propre à votre activité. Notez qu’il est également possible de contracter une assurance contre ce type de risque.

Au niveau fiscal, maigre consolation par rapport aux dégâts occasionnés, sachez qu’une rançon payée pour la libération de vos données peut être considérée comme frais professionnel déductible (indépendamment de la modalité de paiement) à condition que l’entreprise puisse démontrer qu’elle a engagé cette dépense en vue d’acquérir ou de conserver des revenus professionnels imposables et qu’elle puisse en justifier la réalité et le montant au moyen de documents probants.

Enfin, notez que Digital Wallonia a créé le dispositif « Keep it Secure ». Le projet vise à faire progresser le niveau de maturité des PME en matière de sécurité informatique.

Un congé de deuil pour les indépendants

Un congé de deuil pour les indépendants

S’il y a des sujets plus difficiles que d’autres, il n’en est pas moins que ce nouveau droit est une avancée pour les indépendants ! Le 21 octobre, un projet d’arrêté royal introduisant une allocation de congé de deuil conforme à celle que perçoivent les travailleurs...

Ce qui change pour votre argent en 2022

Ce qui change pour votre argent en 2022

Si le passage à l’an neuf s’accompagne souvent de nouvelles résolutions, il apporte également des changements pour votre argent. Cette année, ces changements sont peu festifs. Ce qui ne change pas, c’est notre volonté de vous informer et de vous guider au mieux. Tour d’horizon des premiers remaniements pour 2022.

Voitures de société en 2022 : que devez-vous savoir ?

Voitures de société en 2022 : que devez-vous savoir ?

Alternative fiscalement intéressante à la rémunération, la voiture de société est cependant un vrai casse-tête pour tout le monde. Quelle motorisation choisir, quelle est la déductibilité, quel est le coût réel pour l’entreprise : depuis de nombreuses années, choisir la voiture la plus avantageuse est un exercice très technique.

500 euros nets pour vos travailleurs : tout ce qu’il faut savoir sur la prime Corona

500 euros nets pour vos travailleurs : tout ce qu’il faut savoir sur la prime Corona

La prime corona est une mesure prise par le gouvernement belge en marge de l’accord interprofessionnel 2021-2022. Rappelez-vous, l’accord sur la marge salariale prévoyait que les coûts salariaux moyens ne peuvent augmenter de plus de 0,4 % au cours des deux prochaines années, en plus de l’indexation automatique et des augmentations barémiques. En outre, le gouvernement a décidé de créer une « prime corona » unique de 500 euros nets pour les employeurs qui ont obtenu un bon résultat malgré la crise du coronavirus.